Alain Wuillaume, proviseur du LP Louis Geisler à Raon-L’Étape, témoigne de Numavenir dans son établissement

Invité lors des Rencontres Numavenir du 17 Octobre 2018, Alain Wuillaume, proviseur du LP Louis Geisler à Raon-L’Étape témoigne de l’impact de Numavenir depuis son lancement.

 

Au départ, Numavenir n’a pas vraiment révolutionné le lycée. Les enseignants de lycée professionnel sont habitués à accompagner les élèves.

Cette mise en œuvre de Numavenir a été facile puisque cela a permis aux enseignants de faire encore mieux pour les élèves qu’ils ont déjà l’habitude d’accompagner.

Le contact bienveillant c’est développé. Des professeurs reboostés, confortés dans leurs pratiques, la pédagogie par projets est une manière différente d’aborder le programme. L’arrivée de Numavenir a permis de dédramatiser ce programme et de faire percevoir que la façon de l’aborder est plus importante. Passer plus de temps sur un thème à travers un projet pédagogique, un partenariat avec une autre entité, avec des associations, permet à l’élève d’être plus attentif, plus impliqué et donc de mieux construire son savoir.

Le projet Numavenir a aussi permis de développer l’utilisation des cartes mentales. L’avantage est une structuration simple, facile et rapide de la pensée. Les élèves ont parfois du mal a transcrire dans la parole ou dans l’écrit leurs idées. Apprendre à utiliser les cartes mentales c’est apprendre à l’élève à ordonner sa pensée pour pouvoir la restituer au mieux.

En faisant tout cela, on prépare à l’insertion professionnelle de ces élèves.

« Des effets sur les élèves, des relations différentes aux apprentissages, une motivation, un sourire, un plaisir d’être en classe. Ce projet a beaucoup apporté à nos élèves et aux enseignants. »